Stephan Faulkner

Présenté par  

Stephen Faulkner offrira un spectacle gratuit le jeudi 23 juillet à 20h00 en direct sur la page Facebook de Mémoire et Racines.

Stephen Faulkner enregistre un premier album solo : Cassonade, qui contient sa célèbre chanson, Si j’avais un char.

En 1980, il publie À cheval donné, on r’garde pas la bride, aux accents country, mais légèrement plus rock que l’album précédent. Faulkner peut compter sur la collaboration d’invités prestigieux. Jean MillaireMichel LamotheRoger Belval et Marjo du groupe CorbeauMichel RivardRéal Desrosiers et Michel Hinton de Beau DommageChristiane RobichaudFrance Castel et Louise Forestier aux chœurs, etc. Une chanson se démarque plus particulièrement, Doris, une ballade country-rock sur les difficultés du métier de chanteur de club, un thème qui inspire Faulkner.

Les années 1980 sont assez difficiles sur le plan discographique. Le Rap du pape, une chanson qui évoque avec dérision la visite du pape Jean-Paul II à Montréal en 1984, est retirée du marché par sa compagnie de disques.

Au milieu des années 80 il fait deux séjours en France et régale le public de ses quelques shows. Il est l’invité de Jean-Louis Foulquier dans Pollen sur France Inter.

Au début des années 1990, il donne quelques séries de spectacles en France. La chanson Un cowboy à Paris témoigne de son « expérience » française.

En 1992, après une longue éclipse sur disque, il revient avec Caboose. Le disque contient la chanson Cajuns de l’an 2000, qui tisse des parallèles entre l’histoire du peuple acadien (déporté jusqu’en Louisiane) et la situation politique des Québécois. Pierre Flynn anciennement du groupe Octobre à l’orgue Hammond B3 et aux chœurs, Rick Haworth et Jean Millaire à la guitare, Dan Bigras au piano ont tous joué sur cet album.

En 1995, l’anthologie Si j’avais un char remet en circulation l’ensemble de sa production de 1975 à 1992. Cet été-là, il retrouve Plume pour un concert-anniversaire de Pommes de route, sur la scène du Spectrum de Montréal, dans le cadre des FrancoFolies de Montréal.

En 2000, il revient sur disque avec Tessons d’auréole. L’album comprend le suave swing La Perle rare de même que L’Étoile vagabonde, une suite de la chanson Doris.

En 2002, Stephen Faulkner rapatrie tout son catalogue chez La Tribu, étiquette de disques que dirige le flegmatique Claude Larivée (président de l’ADISQ à partir de 2007). Depuis, Cass a publié deux nouveaux albums chez La Tribu, dont Capturé vivant (un live), enregistré au cabaret Juste pour rire en 2002.

En 2004, il revient avec Les Cheminots pour son album Train De Vie, sur lequel on retrouve aussi Antoine Gratton aux claviers et Éloi Painchaud à la guitare 12 cordes, à l’harmonica et aux chœurs.